LA PROMOTION MUSEALE CHEZ LES CHEFS TRADITIONNELS

altEn marge du CASEM de Koudougou, le Ministre Baba HAMA  a visité le Musée de ISSOUKA le vendredi 22 novembre 2013. Ce lieu de mémoire est l’œuvre du chef de Issouka, communicateur connu sous le nom de Modeste YAMEOGO dans la vie civile.  Accueilli par le conservateur des lieux Patrick ROSSI, il a eu droit à toute l’histoire de la chefferie traditionnelle de ISSOUKA conté à travers ce magnifique musée, mais également l’histoire politique, économique, sociale et culturelle de la ville de Koudougou et de la province du Boulkiemdé dont est originaire le premier Président de la république indépendante de Haute-Volta (Burkina Faso).

Quelques jours plus tard, il était aux côtés sa majesté Kupendiéli, chef suprême des gourmantchés, pour la pose de la première pierre du futur musée des Rois du Gulmu. C’était le jeudi 28 novembre 2013, à Fada NGourma.  

Dans la même journée, à  Fada NGourma, il est allé à la découverte du  musée de la photographie dont le promoteur est monsieur Daniel BEOGO. Avec peu de moyen et l’aide de quelques amis, celui-ci conte l’histoire des peuples des quatre coins du Burkina Faso, et même de l’Afrique. Une démarche inédite pour le plaisir des yeux et de l’esprit.

Sauvegarde de notre patrimoine…Il s’est dit convaincu que les musées doivent être des institutions Le Ministre Baba HAMA  a salué toutes ces initiatives à leur  juste valeur. Il leur a rappelé qu’à l’origine, les musées étaient des temples dédiés aux muses. Aujourd’hui, ce sont des espaces où sont conservés des trésors qui sont les éléments constitutifs de notre identité culturelle, et constituent de véritables repères pour la jeunesse dans un monde en perpétuelles mutations avec comme corollaires la perte de certains repères et valeurs culturelles qui nous fragilisent dans la lutte pour la préservation et la qui contribuent à l’éducation citoyenne des populations. Hauts lieux de ressourcement, ils constituent des phares dans notre quête perpétuelle de nous définir par rapport à nos origines et dans notre projection vers l’avenir