Guides de tourisme

Voyager par avion

Air Burkina assure des liaisons régulières entre les deux grandes villes du pays, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso (333 km, 35 minutes de vol), mais aussi avec Gorom Gorom au nord-est du pays, ainsi qu'avec les capitales des états limitrophes : Abidjan en Côte d'Ivoire, Bamako au Mali, Cotonou au Bénin, Lomé au Togo et Niamey au Niger.
Il est aussi possible d'effectuer des vols particuliers, toujours sur Air Burkina, en affrétant un de ses appareils légers, et de se poser sur un des nombreux aérodromes de brousse burkinabé.

Le réseau routier

Carte administrative du Burkina Faso
cliquer pour agrandir
Carte routière du Burkina Faso
cliquer pour agrandir
Plan du centre ville de Ouagadougou
cliquer pour agrandir
Carte routière et administrative du Burkina Faso
cliquer pour agrandir

Peu de difficultés à circuler en automobile au Burkina Faso, la plupart des grands axes routiers sont bitumés. C'est le cas de la Nationale 1 qui relie Ouagadougou à Bobo-Dioulasso (356 km) et constitue l'épine dorsale du pays. Elle se prolonge au-delà de Bobo, vers le sud-ouest et Banfora, puis jusqu'à la frontière de la Côte d'Ivoire (N7). A l'est de Ouagadougou, elle se poursuit sur Fada N'Gourma (N4) et la frontière du Niger avec des bretelles pour rejoindre les frontières du Togo ou du Bénin.
Au total, ce long ruban routier est-ouest, qui traverse tout le Burkina Faso, s'étend sur plus de 900 km. La plupart des curiosités naturelles et des sites touristiques ne se trouvent jamais très éloignés de cet axe bitumé.
D'autres routes bitumés complètent cet axe routier principal, comme celle de Pô (N5), qui, de Ouagadougou mène vers le sud jusqu'à la frontière du Ghana, traversant le parc national Kaboré-Tembi et le pays gourounsi.
L'axe Ouagadougou-Dori-Gorom-Gorom (N3), goudronné jusqu'à Kaya vous permettra d'aller à la rencontre des peuples nomades sahélo-sahariens : Peul et Touareg.
Quant à la N2, route bitumée qui relie Ouagadougou à Ouahigouya, elle traverse le Mossi historique, reliant l'ancien empire Mossi de Ouagadougou à celui du Yatenga.
Plus difficiles d'accès, les pays lobi (Gaoua) et sénoufo (Sindou-Orodara), au sud-ouest du pays, sont riches d'intérêts touristiques et culturels. Même si la route Ouagadougou-Gaoua est aujourd'hui entièrement bitumée, Il vous faudra vous équiper en conséquence pour emprunter des pistes en terre parfois accidentées, surtout en saison des pluies. Il en est de même de la N19, à l'extrême sud-est du pays, qui permet d'accéder au parc et aux réserves naturelles d'Arli.

Les transports collectifs

De nombreuses compagnies d'autocars assurent les liaisons entre les principales villes du pays. Les horaires sont réguliers, les véhicules tout à fait confortables et souvent climatisés. Un trajet Ouagadougou-Bobo Dioulasso n'excède pas 5 à 6 000 F CFA.

Pour 20 000 F CFA, vous pouvez joindre en cars climatisés tout confort et en une journée, une capitale comme Lomé au Togo ou Cotonou au Bénin.

Voyager en train

Abidjan et Ouagadougou sont reliées par une voie de chemin de fer de 1200 km. Le voyage pittoresque, mais aussi parfois mouvementé peut prendre 36 heures. Dans la partie burkinabè, les trains s'arrêtent à d'innombrables gares dont Banfora, Bobo-Dioulasso et Koudougou. A chaque fois, le spectacle est haut en couleur, des centaines de petites marchandes et camelots envahissent les gares pour proposer aux voyageurs victuailles ou produits de l'artisanat local.
Sitarail: tél. 31.07.35., les billets de train sont en vente uniquement aux guichets des gares.

Circuler en ville
A Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, on trouve facilement des taxis, en général stationnés devant les hôtels et à l'aéroport, mais aussi comme dans toute l'Afrique, des taxis en maraude que l'on arrête d'un simple geste de la main.
Ils sont en général collectifs, ce qui réduit le prix de la course pour chacun de ses passagers (forfait d'environ 200 F CFA par personne). C'est aussi une occasion unique de lier connaissance avec les gens du pays.

Radio-Taxis:

_STMB Taxis Radio __(226) 50 30 89 90
_Taxis Urbains __(226) 50 34 36 36
_Taxis "Les Rapides" __(226) 50 31 43 43

Ouagadougou s'est doté en 2004, d'un compagnie de bus urbains la "SOTRACO" qui avec ses six lignes vous permettra de vous rendre dans les principaux quartiers centraux et périphériques de la ville. Le prix du transport est trés modeste: 150 F CFA. Elle assure le service, tous les jours, de 6 h. à 20 h.
Voyager à pied ou à bicyclette

Certaines régions et sites naturels sont propices aux excursions pédestres ou vélocipédiques.:
• La falaise de Banfora, entre Bobo-Dioulasso et Banfora, pour découvrir de belles cascades et jouir de magnifiques panoramas sur toute la région ;
• Sindou, à l'ouest de Banfora, en pays sénoufo, pour une randonnée dans un site naturel unique fait de pitons, de rochers ruiniformes aux formes fantasmagoriques. Sans oublier la forêt de Léra et les villages perchés de Niansogoni, d'Outourou et Néguéni.
• Le pays lobi, au sud-est de Bobo-Dioulasso : habitat dispersé au milieu des collines, beaux villages traditionnels lobi et gan, sites archéologiques de Loropéni, et même la capitale, Gaoua, dont le site exceptionnel invite aux balades.
On évitera, par contre, ces trekkings dans les réserves naturelles: la présence de fauves interdit tout autres accès qu'automobiles
!

Location de voitures et de vélomoteurs

La location de voiture est encore à ses débuts, aussi doit-on se montrer vigilant : ne pas hésiter à discuter les tarifs si on les juge prohibitifs, s'assurer que le véhicule est en règle (validité de l'assurance, visite technique...) et surtout vérifier l'état du véhicule avant de se lancer à l'aventure (pneus, présence d'un cric et d'une roue de secours !).

Pour la plupart des circuits « hors goudron », il est sage de louer une automobile tout terrain avec chauffeur. Vérifier les papiers du véhicule (carte grise, permis de conduire, assurance, visites techniques), les contrôles policiers sont fréquents.
A noter que le prix de la location journalière ne comprend ni le carburant ni l'hébergement et les repas du chauffeur.

Moyens de transport privilégiés des Burkinabè, les "deux-roues" (vélo, mobylettes, scooters) peuvent également se louer à Ouagadougou, à la journée ou à la semaine, auprès des magasins de cycles spécialisés du Grand Marché. Compter 3000 FCFA par jour de location d'un "deux-roues".